inégalités sociales, inégalités territoriales

De retour des Rencontres de Dijon, Daniel Breuiller, maire d’Arcueil et conseiller général du Val-de-Marne souhaite approfondir le débat en posant la question du parallèlisme entre les inégalités sociales qui ne se réduisent pas et les inégalités entre les territoires. Il nous dit : « Les Départements sont face à un risque, profond et plus insidieux. Décentralisation peut signifier « enfermement » s’il n’est question que de gestion. Je suis très inquiet en entendant Brice Hortefeux et d’autres restreindre la décentralisation aux seules questions de budgets transférés pour les compétences obligatoires. En empêchant les départements de disposer de marges de manœuvre suffisantes pour gérer leurs ressources de façon dynamique, on interdit à la démocratie d’agir contre les inégalités entre territoires et pour le changement de condition des hommes et des femmes qui y résident. On continue d’appauvrir les plus pauvres et de laisser les richesses là où elles sont. Ce qui est vrai pour les territoires l’est pour les gens. Le combat contre les inégalités entre les territoires participe à celui qu’il faut mener contre la crise civique et la fracture sociale.

Qu’en pensez-vous ? Est-ce que ces propos sont de nature à remettre en question la décentralisation ? Faut-il organiser la réflexion et l’action citoyennes pour que les territoires ne soient pas en compétition mais solidaires ? Est-ce que la démocrtaie participative est un levier pour résorber ces inégalités ?

Publicités

2 réflexions sur “inégalités sociales, inégalités territoriales

  1. OCRE milite pour une nouvelle décentralisation : un transfert des compétences des conseils généraux vers la Région dans le cadre d’une République unitaire et un Etat-Nation. Ce transfert sera débattu à l’occasion d’un débat national dans chaque région et sanctionné par un référendum. Nous croyons que ce transfert entraînera trois dynamiques :

    * LA CLARTE, le citoyen ne sait plus aujourd’hui qui a compétence de quoi car des décisions, le plus souvent unilatérale, de la part de l’Etat modifient régulièrement les attributions de telle ou telle collectivité et leur ressources. Ce transfert entraînera la clarté des compétences grâce à une transparence des décisions, la clarté des ressources grâce à une meilleure visibilité de l’utilisation de l’impôt et la clarté des politiques menées grâce à un comité d’évaluation régionale. Ce comité sera composé par moitié de membres de la cour régionale des comptes et par moitié de citoyens tirés au sort sur les listes électorales pour une durée de deux ans. La CLARTE de la décentralisation permettra l’optimisation des politiques menées dans l’intérêt de tous et de chacun.

    * LA FORCE, le contexte économique, politique et social est tourné vers plus de déréglementations et plus de concurrence. Opposé ou pas à cette direction c’est un fait. Dès lors deux attitudes sont possibles : soit s’arc bouter sur des positions figées et défendre des positions partisanes, soit se mobiliser pour apporter des réponses concrètes qui contrebalanceront les effets néfastes du libéralisme. C’est la protection citoyenne et qui mieux que la décentralisation avec cette nouvelle Région, en coordination avec l’Etat pour assurer cette solidarité dont nous avons tant besoin. Nous devrons mettre en place un véritable « Code Social » qui ferait office de cordon sanitaire pour limiter les dégats du libéralisme.

    * LA COHERENCE, refonder la décentralisation, c’est aussi et surtout, lutter contre les inégalités qui pourraient voir le jour d’un territoire à l’autre. Pour éviter cela, nous avons besoin de collectivités autonomes institutionnellement grâce à des compétences claires, autonomes politiquement grâce à des assemblées élues au suffrage universel et dégageant des majorités claires tout en refletant les différentes sensibilités , autonomes fiscalement grâce à des ressources propres et connues de chacun. Ces collectivités autonomes doivent évoluer dans le cadre d’un Etat juste, cohérent et mutuel, recentré sur ses missions régaliennes ( acquisition, diffusion et approfondissement du savoir, accès pour tous à la santé et la solidarité, veiller à l’indépendance de la justice et du respect des libertés de chacun et de tous) et vigilant à maintenir, grâce à la péréquation, la cohésion territoriale. La cohérence permettra une décentralisation claire, adaptée aux réalités de proximité, de géographie et d’unité voulues par nos concitoyens.

    http://www.ocre-nouvelleregion.com

  2. * Svp, confirmez la réception de ce courriel et faites circuler l’information. Merci !

    * Lisez GRATUITEMENT et faites lire L’ÉTAU POLICIER sur le site suivant : http://www.etaupolicier.com ou http://www.etaupolicier.com (Si vous ne pouvez accéder au site, faites moi le savoir par courriel. Car il est possible que la Sûreté du Québec, corps policier de la province de Québec, au Canada, en bloque l’accès, ne souhaitant pas que ses illégalités clandestines soient connues des citoyens : jacnaliste@gmail.com ou jacques120@sympatico.ca ou cag_30b8@hotmai.com ou encore zibilili@yahoo.fr ).

    C’est le titre d’un livre de 278 pages relatant une grande enquête journalistique de plus de six années sur les activités illégales et clandestines de la police en civil du Québec. Dans ce monde de l’ombre et du silence, les droits et libertés ne valent rien. La problématique n’est pas typique au Québec, elle est universelle, les tactiques policières étant les mêmes partout. Bref, peu importe le pays où vous habitez, la police en civil ( municipale, régionale, provinciale ou nationale ) procède ainsi.

    Mon nom est Jacques Martel, journaliste québécois depuis près de 40 ans. J’ai pratiqué mon métier dans des stations de la radio régionale, ensuite au quotidien Le Droit d’Ottawa, à la télé de Radio-Canada d’Ottawa, de Montréal et enfin dans l’Ouest canadien pour le Téléjournal. À titre de journaliste indépendant, j’ai effectué l’enquête et écrit L’Étau Policier, le premier d’une série de trois. Ils ont tous été rédigés selon les règles journalistiques et ne contiennent ni propos diffamatoires, ni d’incitation à la haine, au vandalisme et autres violences.

    Sur le site, vous pouvez lire GRATUITEMENT le livre au rythme de 5 pages chaque jour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s