Entre deux…

L’entre deux : no man’s land, tunnel, espace frontières….. propre aux réflexions, supputations, aux scénarios les plus divers, tous aussi faux et vrais à la fois!

Alors, se taire et attendre…

… ou se lancer dans cet espace en friche pour observer les jeunes pousses, les alliances improbables entre végétations venus de mondes contraires, les espaces laissés à l’abandon, les herbes carbonisées, les restes de mondes anciens ?… et stop !

La question est : comment « faire mouvement » dans ce paysage ?

La gauche de la gauche, ou gauche altermondialiste, (je récuse le terme antilibérale) est émiettée, asséchée parce qu’elle n’a pas su coopérer pour une candidature unique, une candidature Y porteuse d’une autre campagne. Je rappelle la tentative faite en ce sens par un rassemblement d’associations issues du monde de la presse, de la culture et de l’éducation populaire (l’Adels et Territoires en était, d’ailleurs)… Cette initiative n’a pas duré faute d’ancrage dans les territoires. Les comités du non, les forums locaux, quant à eux, se sont heurtés à la logique d’appareil de leurs «représentants nationaux» qui n’ont eu de cesse de vouloir se compter… Les comptes sont faits : ils ont largement profité à François Bayrou et à Ségolène Royal.
Face à cela, l’évolution du camp socialiste vers une social-démocratie peut paraître inéluctable , avec une tâche difficile à accomplir : consolider les valeurs de gauche tout en ouvrant vers le centre.

Quelle place pour une association qui œuvre pour « une démocratie locale et sociale », qui entend contribuer au renouvellement de l’approche démocratique dans un monde en grandes mutations ? Essentiel, quel que soit le cas de figure issu du deuxième tour.

Ce que révèle les résultats du premier, outre le grand sens civique des français, notamment dans les banlieues, c’est le besoin de sens, le besoin de refonder le contrat démocratique, au local, au plus près des territoires, dans une vision globale des enjeux : l’écologie, les conflits mondiaux, les inégalités sociales et territoriales, les institutions démocratiques.

Ces grands sujets de préoccupation vont changer la donne dans notre façon de vivre, notre façon de tisser du lien social, notre façon de travailler….. vers plus d’initiatives individuelles et collectives, plus de coopérations à tous les niveaux, plus d’implication citoyenne et, donc, vers un renouvellement fondamental du rôle de nos institutions et de nos représentants politiques.

Beaucoup de gens se sont mobilisés, se sentent concernés, même si l’attitude de la gauche de la gauche les a déçus, même si le discours de la gauche classique ne les satisfont pas.

La préparation des élections municipales constitue un axe fort de cette mobilisation : le besoin de politique peut se traduire par de nouvelles formes de militantisme (quelque soit le cadre : parti renouvelé, associatif, collectif, réseaux, initiatives solidaires… ), la constitution de listes citoyennes.

Le rôle de l’Adels peut être alors, en coopération avec des réseaux amis, de contribuer à ce mouvement, soit en résistance au pouvoir en place, soit en appui – vigilant et constructif et plus si nécessaire – pour recréer des lieux de citoyenneté active.

En attendant, dans cet entre-deux, cet espace frontière : ne nous laissons pas envahir par les chardons, continuons à repérer les jeunes pousses et votons clairement Ségolène royal!

Céline braillon, présidente de l’Adels
celine.braillon@club-internet.fr

Publicités

4 réflexions sur “Entre deux…

  1. Merci chère présidente pour cette initiative réactive et prospective.

    Quelques réactions sous la forme d’un texte avec modifications ci-dessous.
    Nota en plus:
    le texte hésite encore entre une prise de position personnelle (utilisation du “je”) et une déclaration commune de l’association.
    la fin est un peu rapide

    Amitié

    Gilles Vrain

    —————————

    Printemps démocratique ou déréglement climatique ?

    L’entre deux tours fait fleurir les réflexions, supputations, scénarios les plus divers, alors faut-il attendre que ce printemps politique donne ses fruits ? Faut-il au contraire se lancer dans cet espace en culture pour arroser les jeunes pousses, stopper les OGM improbables, éviter greffes impossibles entre végétations venus de mondes contraires, reconstruire sur les friches de mondes anciens laissés à l’abandon, limiter l’érosion de la biodiversité politique ? …

    Dans ce nouvel écosystème politique que les français se donnent quel le sens et le role de l’engagement citoyen, ? quel est la signification de cette mobilisation des citoyens dans le scrutin? est elle durable ? Quelle est la place que pourrait , que doit jouer l’Adels et plus largement les associations citoyennes dans ce contexte nouveau ?

    La gauche de la gauche ou gauche altermondialiste (je récuse le terme antilibéral) est émiettée, asséchée parce qu’elle n’a pas su coopérer, malgré la tentative faite en ce sens par un rassemblement d’associations issues du monde de la presse, de la culture et de l’éducation populaire (l’ADELS en était d’ailleurs)… Cette initiative ne s’est pas enracinée, faute d’ancrage dans les territoires. Les comités du non, les forums locaux se sont heurtés aux logiques d’appareil qui n’ont eu de cesse de vouloir se compter…

    Les comptes sont faits. Cette fragmentation et la réplique qui a suivi le séisme du 21 avril ont largement contribué à l’émergence à l’image des pays européens, d’une force sociale démocrate dans notre pays.
    Comment peut elle se construire à partir les valeurs de gauche ? Quelle place les citoyens y prendront t’ils ? Quel place les corps intermédiaires y tiendront ils ? Quelle place pour les association et en particulier la notre qui œuvre depuis près d’un demi siècle pour « une démocratie locale et sociale » ?
    Ce que confirme pour nous les résultats du premier tour, au delà de la mobilisation civique des français qui nous a surpris par son ampleur, notamment dans les banlieues, c’est le besoin de renouvellement de l’action publique et la nécessité de son évaluation régulière.

    Celà passe par une nécessité, une urgence, celle de refonder notre contrat démocratique, à toutes les échelles de territoires dans un état décentralisée et dans une vision globale enjeux écologique, solidarités mondiales, inégalités sociales…

    Cette nouvelle gouvernance et ces grandes préoccupations vont changer notre manière de pensée, notre façon de vivre, notre façon de travailler….. Plus d’initiatives individuelles et de mobilisations collectives, plus de coopérations, plus transversalité c’est exiger un renouvellement fondamental du rôle de nos institutions et de notre démocratie représentative et participative.

    Beaucoup d’entre nous sont mobilisés sur ces enjeux, et le resteront, même si dans le passé l’attitude frileuse de la gauche à cet égard les a déçus. La préparation des élections municipales constituera un temps fort de cette réflexion et de cette mobilisation. Le besoin de politique exprimé dans cette élection doit se traduire par des propositions nouvelles d’engagement et de militantisme: comités, collectif, réseaux, initiatives solidaires… ,

    L’Adels souhaite, en coopération avec les réseaux de citoyennté et d’éducation populaire contribuer à créer ce mouvement à susciter cette offre nouvelle. Elle souhaite le faire dans le cadre d’une politique de gauche qui oeuvrerait au renouvellement de notre contrat et de nos institutions démocratiques pour créer les conditions d’une citoyenneté active. C’est pourquoi tout naturellement nous voterons pour Ségolène Royal.

    Mais dans tous les cas, printemps démocratique ou pas, nous continuerons à faire germer les jeunes pousses citoyennes!

  2. Pingback: Le temps des questions « Le blog de la revue Territoires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s