Le rêve des travailleurs du dimanche : être couverts d’un PUCE…

Le saviez-vous? Sous le vocable animalier de « PUCE » se cache le sigle quelque peu abscons de « Périmètre Urbain d’Usage de Consommation Exceptionnelle… » Précision : ce qui est exceptionnel, c’est le nombre de consommateurs fréquentant cette zone, mais aussi le statut spécifique dont bénéficient – par dérogation – les salariés travaillant en période dominicale dans les commerces de ces territoires. Introduit par la loi Mallié (député UMP) du 11 Août 2009, le marché aux PUCE serait le suivant : si les travailleurs se portent volontaires, ils bénéficient du doublement de leur rémunération. De quoi bondir sur l’occasion ?… Saut en réalité bien modeste, car ces PUCE sont aussi exceptionnels que leur fréquentation. Pas de quoi fouetter un chat : on dénombre une quinzaine de sites sur Paris, Marseille ou Lille. Dont la zone d’activités du pôle de Roissy « Paris-Nord 2 » à Gonesse, commune socialiste, gauche et droite ont voté de concert l’autorisation réclamée par le patronat (et dénoncée par les syndicats) pour sauver les meubles d’Ikea et les outils de Castorama, comptant sur un tel PUCE pour donner un coup de collier aux ventes.

Car malheureusement ces zones siphonaptères sont plutôt rares sur le sol français et la mesure reste assez insecticide : nous sommes loin d’une invasion. On observe plutôt une prolifération de bestioles au nom assez imprononçable… les « ZTAEACP », « Zones Touristiques d’Affluence exceptionnelle ou d’Animation Culturelle Permanente » (!) qui visiblement ont échappé aux DDT (directives du droit du travail) et sont plus de 600. Là, ni calme ni volupté : les malheureux salariés ne bénéficient pour tout os à ronger que d’un jour de repos compensatoire en semaine. C’est toute la différence entre une « affluence exceptionnelle » qui ne vaut pas un kopeck et une « consommation » de même qualificatif qui, elle, mérite d’être caressée dans le sens du poil. Ça apprendra aux visiteurs à ne pas être suffisamment démangés… par une fièvre acheteuse caractérisée. Dans les fameuses ZTA (et autres…), les flâneurs sont autorisés, au risque de parasiter les lieux de chalandise, tandis que les PUCE sont voués au contraire à la dépense pure et dure. Sur les Champs-Élysée, les boutiques de prêt à porter – par ex les boutiques de luxe Louis Vuitton ou Lancel dont il faut visiblement booster les bénéfices – sont désormais à la même enseigne que les activités récréatives ou culturelles, sommées d’activité dominicale lucrative. Il y a fort à parier dans ces conditions que le projet d’implantation d’EUROPA CITY au Sud de Roissy ne sera pas couvert d’un PUCE… mais frappée d’une ZTA (et j’en passe… ) caractérisée. 40 millions de visiteurs supputés : difficile de faire plus affluent. Autant que le forum des Halles, premier centre commercial d’Europe et 2,7 fois Disneyland-Paris, première destination touristique européenne… Et difficile aussi de faire plus animé et plus culturel, si l’on en croit les publicités d’Immochan… Le dimanche y serait donc un jour comme les autres !

Deux ans plus tard, le bilan de ces mesures faunistiques apparaît plus que mitigé, alors que vient d’être saisi l’OIT (Organisation Internationale du travail) pour incompatibilité avec la convention n° 106 ratifiée par la France. Car, n’en déplaise à M. Maillé, ces ouvertures intempestives constituent l’exemple même de la fausse bonne idée… Les porte-monnaie des consommateurs n’étant pas élastiques, par plus que leur estomac ou leur penderie, si les jours d’ouverture s’étalent sur 7 jours au lieu de 6… la dépense s’étalera également. Les puces des cartes bleues resteront sagement rangées dans les portefeuilles et le panier de la ménagère de moins de 50 ans s’en verra dégarni d’autant… Quant aux travailleurs, ils voient leur conditions de travail dégradées: dans les zones touristiques, l’ouverture peut se faire contre l’avis des salariés et n’implique plus légalement un supplément de portion dans la gamelle…

Chienne de vie…
Jacqueline Lorthiois

Publicités

Une réflexion sur “Le rêve des travailleurs du dimanche : être couverts d’un PUCE…

  1. Jacqueline Lorthiois, merci pour ce moment de rigolade ironique qui fait passer la pilule ; le sujet me touche beaucoup (j’ai 4 fils de 9 à 16 ans à « placer » à terme sur ce marché « minable » du travail!) et votre style d’humour érudit me semble si bien approprié! Permettez-moi de me sentir « fière de vous » (Nous nous sommes croisées chez le regretté Yves DELAGAUSIE / URBAFORUM vers 1987 ; j’ai été très émue d’apprendre son décès en cherchant de ses nouvelles sur internet à la suite de la lecture sur le site « ressources solidaires »de votre message relatant votre calvaire de colonne vertébrale qui m’avait également saisie).
    Marianne Pelet vepemos@gmeil.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s