La démocratie participative fait mouvement

Comment lier démocratie participative et enjeux sociaux ?

Comment ouvrir les instances de participation à tous ? Quelles sont les représentations portées sur celles-ci par ceux qui ne participent pas ? Quels sont les lieux où s’exprime la passion politique des jeunes ? Des étrangers ? des pauvres ? De ceux qu’on ne voit pas dans les dispositifs institutionnels ? Quelles sont les passerelles à créer entre mouvements sociaux et démocratie participative ?

C’est pour échanger sur ces questions, que l’Adels et une dizaine de partenaires sont en train d’organiser des forums qui auront lieu en Ile-de-France à l’automne 2008.

Ils porteront sur la place des jeunes et des « très pauvres » dans la démocratie, sur le rôle de territoire et de sa société civile dans le soutien d’une lutte de femmes sans papiers, sur la parentalité et la santé dans les instances de participation… Des sujets et des gens qu’on ne retrouvent pas systématiquement dans les instances de la vie démocratique actuelle.

Vous pourrez suivre le déroulement de ce projet sur ce blog, puis sur le site Internet de l’Adels, aux 11èmes rencontres. Vous pouvez aussi téléphoner à l’Adels pour en savoir plus et participer.

Publicités

2 réflexions sur “La démocratie participative fait mouvement

  1. sur cette question de la démocratie participative, j’avais envie de vous livrer un petit conte.

    Ce jour là, le roi Salomon qui régnait en bon roi sur le royaume des animaux ; juste, accessible et précis fut pris d’une irrésistible envie de rencontrer les animaux de son territoire afin des les informer des grands projets qu’il avait pour le royaume.
    Il rassembla donc tous les animaux près du lac municipal.
    Les animaux se pressèrent tous, curieux et peu habitués à ce type d’invitation du roi.
    La fouine était arrivée la première, une bonne heure avant la séance, suivie de prêt par la vache pourtant pas très rapide.
    La plus grande partie des animaux arrivèrent juste à l’heure.
    Le roi Salomon se tenait fièrement sur un rocher sous le grand platane.
    « Bonsoir mes amis, j’ai de grandes nouvelles à vous annoncer et je souhaite recueillir votre avis ».
    Les animaux, sagement installés devant le roi écoutaient dans un grand silence. Le Lézard était déjà parti, il avait d’autres occupations. La chouette qui attendait depuis 2 ans le permis de construire de rénovation du vieux chêne brulait de prendre la parole.
    Le Roi Salomon d’une voix claire et posée expose :
    « Mes amis, notre lac va voir de grand changement. Il sera alors le plus beau lac municipal de toute la région. Au sud, un grand élargissement est prévu. Au Nord, nous améliorerons l’accessibilité et nous implanterons des jeux pour vous enfants. Enfin, une station d’épuration sera construite à l’Ouest afin d’améliorer la qualité de notre eau ».
    Le Pic Vert : « Ben … j’ai battu l’appel de la guerre parce que j’ai vu la tortue qui mettait sa carapace de guerre. Alors j’ai battu l’appel de la guerre et j’ai vu le grand cerf qui partait ventre à terre et il a écrasé les petits de la Loutre ».
    Salomon : « Oh, la Tortue pourquoi as-tu mis ta carapace de guerre ? »
    La tortue : « Ben … j’ai mis ma carapace de guerre parce que j’ai vu l’écrevisse qui aiguisait leurs pinces de guerre, alors j’ai mis ma carapace de guerre, le pic vert a battu l’appel de la guerre, le grand cerf qui partait ventre à terre et il a écrasé les petits de la Loutre ».
    Salomon : « Oh, Ecrevisse pourquoi avez-vous aiguisé vos pinces de guerre ? »
    L’Ecrevisse : « Ben … on a aiguisé nos pinces de guerre, parce qu’on a vu le Homard qui aiguisait sa lance de guerre. Alors on a aiguisé nos pinces de guerre, ma tortue a mis ma carapace de guerre, le pic vert a battu l’appel de la guerre, le grand cerf qui partait ventre à terre et il a écrasé les petits de la Loutre
    Le roi Salomon scrutait les animaux. « Alors qu’en pensez-vous ? ».
    Le roi Salomon, fier des ses annonces termina « Les plans sont visibles au château. Les travaux dureront 2 ans, je sollicite votre patience ».
    « Qu’en pensez-vous mes amis. N’est-ce pas un projet fantastique pour nous tous ? ».

    La chouette voulait parler du vieux chêne, mais pour le moment elle choisit d’attendre.
    Un grand silence régnait.
    Soudain, la Loutre s’avance de quelques pas et se plante devant le roi Salomon.
    « Roi Salomon, le cerf a écrasé mes petits ! »
    Le roi Salomon, interloqué … range ces plans … et se tourne vers le cerf.
    « Oh grand cerf, pourquoi as-tu écrasé les petits de la loutre ? »
    Le grand cerf … « Ben … j’ai écrasé les petits de la loutre parque que j’ai entendu le Pic Vert qui battait l’appel de la guerre alors mois je suis parti ventre à terre … et j’ai écrasé les petits de la Loutre ».
    Salomon : « Oh, Pic Vert pourquoi as-tu battu l’appel de la guerre ? »
    Le Homard : « Ben … j’ai aiguisé ma lance de guerre parce que j’ai vu la Loutre qui rentrait dans l’eau. Et quand une Loutre rentre dans l’eau, oh roi Salomon, c’est pour manger mes petits ».
    Le roi Salomon, décontenancé par la tournure de cette réunion cherchait ces mots.
    La chouette, devant la tournure des évènements, avait rangé son histoire de permis de construire du vieux chêne.

    Salomon : « Oh Loutre, qui sème la guerre, récolte la guerre ».
    Le roi Salomon rangea ses plans et ses projets et se promis de ne plus concerter les animaux du royaume devant tant d’histoires.

  2. bonjour,

    je pensais trouver chez vous quelques liens sur la démocratie participative locale, en région (notamment), et son rapport évident à la culture… Je propose un petit commentaire sur Montpellier.

    À l’occasion de son premier “printemps de la démocratie”, la parole est donnée aux habitants des quartiers pendant 3 mois (mars-juin 2009), à la fois en réunions, ateliers publiques, et sur un forum internet, la réactivité des citoyens est importante, ils sont très fortement demandeurs d’un dialogue constructif avec les autorités et les élus. Sur le site ad-hoc de la ville, on enregistre déjà 560 messages (ici le flux des commentaires et propositions, « http://printempsdelademocratie.montpellier.fr/index.php?feed/rss2/comments »), en l’espace de 2 mois…

    Nombre de commentaires montrent que le citoyen se sent manifestement exclu des instances de décision et en appelle à l’organisation des débats démocratiques: ««<>»»

    Mais en matière de culture citoyenne, qui conditionne la participation de chacun en libérant la prise de la parole, presque tout reste à faire si l’on veut s’adresser à un public profane, c.a.d au citoyen lambda. Pour s’impliquer, débattre en connaissance de cause des enjeux locaux du développement durable local, agenda 21, etc., le citoyen a besoin de s’approprier du savoir (pas seulement des connaissances), des savoirs scientifiques, des savoirs pratiques, des savoir faire…

    C’est dans cet esprit que germe actuellement le projet pilote d’une conférence de citoyens « locale » permanente, organisée par sessions sur un semestre (pour en savoir un peu plus, http://medsci.free.fr/pcsa/). Centrée sur une question de DD et de gouvernance, elle pourra formuler des recommandations, mais son objectif principal sera avant tout de contribuer à l’apprentissage démocratique du citoyen ordinaire (adolescent et adulte), avec le concours des acteurs locaux et des scientifiques.
    Idée pour la rentrée, “L’abeille, la biodiversité et notre rapport à la nature”. Reste à savoir si elle rencontrera suffisamment d’écho.
    ML

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s